STG Villon


29 mars 2010

Performances du groupe Toyota

Très bonnes performances de Toyota malgré les rappels

Les ventes mondiales du groupe Toyota ont augmenté de 13 % sur un an en février, malgré la crise des défauts techniques, a indiqué lundi le constructeur japonais. Au cours du mois de février, le groupe Toyota, qui comprend les marques de mini-véhicules Daihatsu et de poids-lourds Hino, a vendu 613 845 véhicules dans
le monde contre 543 435 un an plus tôt, selon une porte-parole du constructeur. La production mondiale du groupe a dans le même temps bondi de 69,2 % à 734 631 unités, dont 655 180 (+82,7% sur un an) pour la seule marque Toyota. Toujours en février, les ventes du groupe Toyota au Japon ont flambé de 32,1 % sur un an à 210 767 unités (dont +49,9 % pour la seule marque Toyota). Elles ont été portées par le succès du modèle hybride Prius, qui a été la voiture la plus vendue dans l'archipel pour le neuvième mois d'affilée, selon des statistiques publiées précédemment par un organisme professionnel. Elles ont aussi été portées par le redémarrage de la consommation. (Voir ci-dessous).
Doublement des exportations
Les exportations de véhicules à partir du Japon ont plus que doublé (+107,2 % sur un an) à 161 533 unités, a précisé Toyota dans un communiqué. Toyota a dû rappeler près de 9 millions de véhicules dans le monde ces derniers mois en raison de défauts techniques affectant le système de freinage ou la pédale d'accélération de plusieurs modèles. Il est confronté à la perspective de plusieurs procès coûteux aux Etats-Unis. Le 2 mars, Toyota avait indiqué que ses ventes aux Etats-Unis avaient reculé de 8,7 % sur un an en février à 100 027 unités.

source newsletter 12:15 du Monde, lundi 29 mars 2010

Posté par STG Villon à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Solution à la crise grecque

7 ans

C'est la durée de l'émission obligataire lancée lundi par la Grèce, a annoncé l'organisme de gestion de la dette publique grec, sans préciser le montant de cet emprunt qui sera un test de la
crédibilité du pays, plongé dans une grave crise qui a ébranlé toute la zone euro. Selon une source de marché, le montant de l'opération n'a pas été arrêté avant son lancement et dépendra de la demande des investisseurs. Le gouvernement a mandaté les banques françaises Société générale (SG), Crédit agricole, néerlandaise ING, américaine Bank of America-Merrill Lynch, et les grecques Alpha Bank et Emporiki, filiale grecque du Crédit agricole. Cette annonce intervient quatre jours après l'approbation par les pays de la zone euro de l'UE, après d'âpres tractations, d'un plan d'aide à la Grèce. Le pays des Héllènes est confrontée depuis plusieurs mois à une crise financière sans précédent qui a renchéri considérablement les conditions d'emprunt du pays. L'accord sur le plan d'aide européen a provoqué une détente des taux des
obligations d'Etat grecques, qui restent cependant à des niveaux élevés.

source newletter 12:15 du Monde, lundi 29 mars 2010

Posté par STG Villon à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


l'OMC, Airbus et Boeing

Airbus et Boeing revendiquent tous deux une victoire à l'OMC

Le constructeur aéronautique européen Airbus a revendiqué, mardi, une victoire à l'OMC sur les aides qu'il a reçues pendant plus de vingt ans de l'Union européenne, jugées illégales par les Etats-Unis, mais Boeing affirme lui aussi avoir eu gain de cause. Alors que Bruxelles et Washington ont choisi de ne rien divulguer du jugement confidentiel rendu par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sous forme d'un rapport de plus de mille pages, Airbus a assuré dans un communiqué que "70 % des requêtes américaines sont rejetées".
Mais selon une élue américaine, Maria Cantwell, sénatrice de l'Etat de Washington (où se trouvent plusieurs usines Boeing), au contraire, "la décision
finale de l'OMC conclut que chaque exemple d'aide au lancement de gouvernements européens à Airbus a violé les règles de l'OMC"
.
Ces aides au lancement de nouveaux avions ont été versées à EADS, la maison mère d'Airbus, par la France, l'Espagne, le Royaume-Uni et l'Allemagne. L'avionneur européen, lui, explique avoir obtenu satisfaction sur le point central de la plainte américaine déposée en octobre 2004 : le mécanisme européen d'avances remboursables.
Selon Airbus, l'organe de règlement des différends de l'OMC a estimé que ce mécanisme était "légal" et constituait "un instrument de partenariat" entre le gouvernement et l'industrie. Boeing, de son côté, a revendiqué lui aussi une victoire "sur tous les principaux sujets dans la décision finale" de l'OMC. Cette décision est "un jugement fort qui fait date et une bonne nouvelle pour les travailleurs de l'aéronautique à travers l'Amérique, qui, pendant des décennies, ont dû être en concurrence avec Airbus fortement subventionné", se félicite Boeing. (Lire l'article.)

Le groupe européen est soulagé que "le possible financement à venir de l'A350", le futur long-courrier d'Airbus, ne soit "pas remis en cause" par le jugement, qui implique que la partie condamnée se mette en conformité avec les règles de l'OMC, sous peine de sanctions

source : newletter du Monde 12:15, 24/310

Posté par STG Villon à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]