Airbus et Boeing revendiquent tous deux une victoire à l'OMC

Le constructeur aéronautique européen Airbus a revendiqué, mardi, une victoire à l'OMC sur les aides qu'il a reçues pendant plus de vingt ans de l'Union européenne, jugées illégales par les Etats-Unis, mais Boeing affirme lui aussi avoir eu gain de cause. Alors que Bruxelles et Washington ont choisi de ne rien divulguer du jugement confidentiel rendu par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sous forme d'un rapport de plus de mille pages, Airbus a assuré dans un communiqué que "70 % des requêtes américaines sont rejetées".
Mais selon une élue américaine, Maria Cantwell, sénatrice de l'Etat de Washington (où se trouvent plusieurs usines Boeing), au contraire, "la décision
finale de l'OMC conclut que chaque exemple d'aide au lancement de gouvernements européens à Airbus a violé les règles de l'OMC"
.
Ces aides au lancement de nouveaux avions ont été versées à EADS, la maison mère d'Airbus, par la France, l'Espagne, le Royaume-Uni et l'Allemagne. L'avionneur européen, lui, explique avoir obtenu satisfaction sur le point central de la plainte américaine déposée en octobre 2004 : le mécanisme européen d'avances remboursables.
Selon Airbus, l'organe de règlement des différends de l'OMC a estimé que ce mécanisme était "légal" et constituait "un instrument de partenariat" entre le gouvernement et l'industrie. Boeing, de son côté, a revendiqué lui aussi une victoire "sur tous les principaux sujets dans la décision finale" de l'OMC. Cette décision est "un jugement fort qui fait date et une bonne nouvelle pour les travailleurs de l'aéronautique à travers l'Amérique, qui, pendant des décennies, ont dû être en concurrence avec Airbus fortement subventionné", se félicite Boeing. (Lire l'article.)

Le groupe européen est soulagé que "le possible financement à venir de l'A350", le futur long-courrier d'Airbus, ne soit "pas remis en cause" par le jugement, qui implique que la partie condamnée se mette en conformité avec les règles de l'OMC, sous peine de sanctions

source : newletter du Monde 12:15, 24/310